Madame la Conseillère Départementale,

Monsieur le Capitaine de Gendarmerie,

Monsieur le Lieutenant des Pompiers,

Monsieur le Responsable des cadets Pompiers,

Mesdames et Messieurs les Elus,

Mesdames et Messieurs les Présidents et responsables d’associations, d’Anciens combattants, Résistants et Victimes de Guerre,

Messieurs les Porte-drapeaux,

Mesdames et Messieurs de la croix rouge,

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Mesdames et Messieurs les directeurs d’école,

Monsieur André POUZEAU

Monsieur l’Abbé TINE,

Chers concitoyens, chers enfants,

Cher jeune de notre ville,

Nous sommes aujourd’hui réunis pour commémorer un évènement dont nous sommes séparés de plusieurs générations. Un jour d’automne, le 11 novembre 1918, la fin des combats était proclamée entre l’Allemagne et la France avec la signature de l’Armistice. Nous réunir aujourd’hui c’est donc célébrer la paix et la fin d’un horrible conflit qui était alors à l’époque le plus meurtrier de l’Histoire de l’Humanité. Un conflit terrible qui fit plus de 10 millions de morts. A l’automne 1918 chacun espérait alors, ivre de joie mais pensant ses plaies de ces trop nombreuses vies brisées, que cette Première Guerre Mondiale serait la dernière. Moins de 20 ans plus tard malheureusement, le summum de l’horreur et de l’abject allait mettre une nouvelle fois à mal l’Europe et le Monde.

Pour la France, songez que près d’un tiers des hommes de 18 à 27 sont morts par ce conflit. Aucune famille n’a été épargnée et chacun ici présent, nous avons un grand parent, arrière grand parent ou grand-oncle, qui a connu la perte d’un être cher lors de la Première Guerre Mondiale ou qui a dû vivre avec la peur au ventre en ces temps troublés.

Comme beaucoup d’entre nous aujourd’hui, je fais partie de ces générations qui n’ont pas connu la guerre. Nous sommes ces dernières générations à avoir entendu le récit de la guerre par ceux qui l’ont vécu. Cela nous donne une responsabilité immense à l’égard des générations qui ont subi les conflits bien sûr, mais aussi aux générations futures.

Commémorer l’Armistice du 11 novembre 1918 c’est bien évidemment entretenir le souvenir de la souffrance de nos ainés, de nos familles qui ont été décimées. Mais c’est aussi célébrer l’unité d’un peuple, une France qui d’un seul homme a résisté, s’est battue pour ses libertés et ses valeurs. Nos Poilus ont sauvegardé nos libertés d’aujourd’hui, à nous de rester unis pour sauvegarder nos libertés de demain. Aujourd’hui, nous rappelons que peu importe la peur ou les divisions, nous avons su faire face pour sauver nos institutions et nos lois.

Robert Escarpit disait « bien vivre, c’est avoir de la mémoire ».

Je crois que nous ne sommes rien sans cela. C’est ce qui fait notre socle commun à tous et les commémorations de l’Armistice nous rappelle froidement que notre unité est toujours friable. C’est donc aujourd’hui un lien indéfectible que nous devons tisser entre ceux qui ont souffert et ceux que l’on devra protéger.

Si les évènements que nous célébrons aujourd’hui peuvent nous paraître parfois lointains, il est compréhensible que tout ceci soit difficile à imaginer pour les plus jeunes. De l’eau est passée sous les ponts, la vie a changé et plus aucun poilu n’est parmi nous pour témoigner.

Malheureusement le quotidien nous montre cruellement combien notre unité est mise en danger, ici ou ailleurs dans le monde. Devrais-je dire partout dans le monde… Il est de notre devoir plus que jamais de se souvenir des victimes, des circonstances qui ont amené cette guerre et les suivantes. De se rappeler comment certains ont voulu maquiller le patriotisme en nationalisme ; et de voir comment aujourd’hui certains utilisent nos peurs ou prennent nos valeurs Humanistes pour de la naïveté. En ne renonçant jamais à se remémorer ces épisodes douloureux, alors peut-être nous éviterons à nos enfants et petits-enfants que l’horrible se produise de nouveau.

Ce devoir inclut que tous ensemble, nous ayons le respect de ceux qui aujourd’hui encore donnent leur vie au nom de la France et de ses valeurs dans nos armées, notre police et notre gendarmerie.

Que tous nos Poilus qui ont sauvé la France restent à tout jamais un exemple de ce fléau qu’est la guerre et qu’une Nation à la rencontre de son destin a su s’unir. Qu’aujourd’hui chacun soit bien conscient des sacrifices et du prix de la liberté.

Vive la République,

Vive la Liberté,

Vive la France.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.