Sans tomber dans le misérabilisme, nos sociétés modernes traversent une étape cruciale de leur histoire avec l’avènement de plusieurs bouleversements : La révolution numérique et la raréfaction des ressources. Le mode de production et de consommation qui prévaut depuis la révolution industrielle est linéaire : « matière première-production-consommation-déchet ». Aujourd’hui ce schéma sans être remis totalement en cause, se transforme si bien que le traitement des déchets d’aujourd’hui (résultat de la production de biens et de services) devient la ressource de demain (pour de nouvelles productions).

Cette prise de conscience s’opère déjà au sein des Etats, par le biais de rendez-vous mondiaux comme la COP21, mais peine à se traduire dans le quotidien de nos concitoyens. Depuis les années 70 où les réflexions sur l’environnement n’ont cessé de s’installer dans le débat public, force est de constater qu’en près de 50 ans, nos habitudes de consommations n’ont guère changé. Au quotidien, notre environnement de proximité s’est même peut-être dégradé (dépôts sauvages, poubelles en trop plein, détritus jetés sur la voie publique…).

Dans un monde qui s’accélère, où les matières premières historiques se raréfient avec une population mondiale qui s’accroît davantage, il faut sortir des vœux pieux et des pensées généralistes. Il est temps d’agir localement. Ce que je souhaite pour l’avenir, c’est que nos déchets deviennent une ressource au même titre que nos matières premières. Ce qui n’était pas envisageable il y a des décennies, la technologie le permet aujourd’hui. Les Etats au niveau mondial ont pris conscience de cette nécessité et la technologie est disponible. Reste alors à accompagner les comportements individuels.

Sur ma commune, je suis accablé de constater que ce sont deux tonnes par semaine d’ordures ménagères qui sont ramassées, alors qu’avec mon équipe municipale nous nous efforçons de garder une ville propre et agréable. Je souhaite accompagner mes concitoyens dans une prise de conscience individuelle pour parvenir à une consommation responsable. Non pas en se privant ou en misant sur la décroissance comme certains l’exigent, mais en maximisant l’utilité de nos déchets. Chaque déchet produit doit avoir une piste de retraitement.

Nous lancerons tout d’abord un grand plan propreté avec une campagne de sensibilisation sur la place du déchet (conférences, présentations dans les écoles, affichage, randonnée éco-responsables,etc.) Pour que les déchets puissent être retraités, il faut évidemment qu’ils ne soient pas jetés bêtement dans la nature ou sur la voie publique… Nous lancerons dans la foulée une brigade de propreté, une petite équipe qui patrouillera en continu sur la commune pour être une force d’intervention rapide en matière d’insalubrité. Nous développons parallèlement une application pour recenser ces insalubrités et pouvoir en extraire des statistiques afin d’optimiser nos campagnes de prévention et nos interventions sur la voie publique. Ces actions influent sur le levier de la demande.

Enfin, le quartier de la gare accueillera dans le cadre de sa requalification une Maison de l’Entreprises et de l’Emploi avec une pépinière d’entreprises axée sur l’économie circulaire. C’est le levier de l’offre.

Je suis convaincu qu’opposer croissance et développement durable est une erreur pour nos générations futures. C’est peut-être d’ailleurs cette confusion qui nous a figé dans l’inaction depuis des décennies. La pollution est une externalité négative de la production, un mal que nous sommes prêts à tolérer pour assurer notre mode de vie. L’économie circulaire représente un cercle vertueux qui met fin à cette pensée linéaire « matière première-production-consommation-déchet ». Le changement de comportement de consommation et les nouveaux modes de production s’harmonisent autour d’un nouveau couple offre-demande.

Dans un prochain article, je proposerai une refonte complète de notre fiscalité pour accompagner cette transformation de fond.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.