En ce milieu d’année 2017, le Pays s’engage vraisemblablement dans un nouveau cycle économique. Plusieurs indicateurs sont au vert et laissent penser que la reprise est d’actualité. Je note notamment la révision à la hausse par l’INSEE du taux de croissance de la France de 0.1 pour un taux effectif de 0.4%. L’institut statistique explique cette légère hausse par une reprise des investissements. Le moral des ménages et la consommation sont en hausse et les défaillances d’entreprises reculent. Tous ces facteurs permettent d’afficher un moral économique des Français au plus haut depuis 2012. Avec cette reprise, il importe d’anticiper les tendances à venir sur le marché de l’emploi. Les pouvoirs politiques doivent saisir cette opportunité pour ne pas reproduire les erreurs de 2015, alors que la France pouvait se relancer avec des taux d’intérêt et un prix du pétrole historiquement bas. Il s’agira aussi de veiller à ce que les citoyens les plus fragilisés ne soient pas exclus de cette phase de croissance.

Ce nouveau cycle sera aussi marqué par le défi de la transition numérique pour nos PME-TPE et l’accès à ces technologies pour les publics en difficulté.

Dans ce contexte, les finances publiques restent malgré tout très contraintes. Pour soutenir au mieux le tissu économique et renforcer les capacités de création d’emplois de notre système d’éducation et de nos entreprises, de nouvelles formes d’accompagnement doivent être pensées.

Pour ce faire, je milite pour une approche globale et systémique de l’environnement économique. Comme je l’ai indiqué dans un précédent billet « Approche communautaire du développement économique », je favorise l’esprit de pépinière et la mise en cohérence des dispositifs d’aide. Sur Coutras j’évoque souvent comme exemple la transformation qui s’opère sur le quartier de la gare. La Maison de l’Entreprise et de l’Emploi et le restaurant d’application pourraient avoir à proximité un foyer de jeunes travailleurs et une école de la seconde chance.

Sur le restaurant d’application justement, je me suis entretenu cette semaine avec l’institut Don Bosco, M. MARTY élu collègue à la CALI, les services de l’Etat et notamment du Ministère de la Justice dans le cadre de la prévention de la délinquance. Tous s’accordent sur l’urgence de lancer ce projet. Je regrette que l’élue départementale, absente de cette rencontre, n’ait pu nous rassurer sur son implication dans le projet pourtant en phase directe avec la compétence de solidarité du Département.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.